La poitrine, les seins, les glandes mammaires peuvent présenter des problèmes différents selon l’âge et la vie maternelle.
En fin de puberté, ils peuvent être quasi absents agénésie amastie ou hypoplasie ou très petits bonnets A suscitant un désir d’augmentation mammaire pour plus de féminité et meilleure image de soi et amour propre avec implants ronds anatomiques sous muscle, devant muscle par voie axillaire, aréolaire ou sous mammaire. Une autre solution est le lipofilling, greffe de graisse et lipostructure selon les envies de volume et la graisse disponible. Les injections d’acide hyaluronique ne sont plus recommandées dans les seins en raison des difficultés de dépistage des cancers du sein. Le lymphome anaplasique à petites cellules est rarissime et rencontré avec des implants texturés.
En fin de croissance, ils peuvent être malformés avec des seins type tubéreux et nécessitent une prise en charge chirurgicale spécialisée.
Avant ou après les grossesses, les seins peuvent tomber donnant une ptose mammaire et il faut les remonter, réaliser une Mastopexie pour embellir et rajeunir la poitrine.
Pendant la puberté, en fin de croissance ou plus tard avec les grossesses ou la ménopause, la poitrine peut être trop grosse parfois de manière invalidante. Il faut alors les diminuer pour les embellir et mettre fin à des complexes par une chirurgie de réduction mammaire.
Pour certains de ces problèmes de sein et de poitrine, une prise en charge sécurité sociale mutuelle est possible plus ou moins totale ou partielle suite à une demande d’entente préalable et une visite avec le médecin conseil sous réserve des conditions requises.
Enfin les mamelons peuvent être ombiliqués, invaginés et nécessiter une correction chirurgicale par une opération sous anesthésie locale et ambulatoire.