Principes

La canthopéxie externe est une intervention chirurgicale destinée à ascensionner la position du canthus externe.
Le canthus externe est le point anatomique externe des yeux au niveau duquel se rejoignent les paupières supérieures et inférieure.
C’est une intervention chirurgicale décrite initialement pour repositionner des canthi externes placés trop bas en raison de malformations faciales présentes à la naissance.
C’est donc d’abord et avant tout une intervention, contrairement à ce que l’on tendrait à penser tellement elle est évoquée fréquemment en esthétique comme solution envisageable, une intervention de chirurgie plastique et reconstructrice.

Il n’existe pas dans le processus de vieillissement de visage de modification significative, dans les tranches d’âge qui nous intéressent, de descente du canthus externe.

Pour cette raison diagnostique essentielle, cette intervention ne fait pas partie des outils de rajeunissement du visage, des paupières ou du regard même si elle est souvent proposée dans ce domaine.

Elle ne trouve d’indication que chez des sujets jeunes pour élever des canthi jugés trop bas
Soit en raison d’une singularité familiale,
Soit par goût personnel de la patiente avec désir d’œil en amande ou œil de biche.

Toutefois, ce n’est pas un geste anodin car :

  • Il implique de réaliser une cicatrice dans la région de la patte d’oie, à un âge où il n’y a pas de rides avec un aléas évident quant à la future visibilité cicatricielle.
  • L’obtention d’une symétrie parfaite n’est pas du tout évidente ni systématique.
  • Une hypercorrection avec un étirement trop important de la fente palpébrale est à la fois inesthétique et peut poser des problèmes fonctionnels.
  • Pour toutes ces raisons, il faut bien peser le pour et le contre avant que de l’envisager sérieusement.

Anesthésie

Cela ne peut être qu’une anesthésie générale.

En effet, la région du canthus externe est naturellement le siège d’un équilibre musculaire entre muscles antagonistes et sa modification va créer des tensions importantes que seul un amarrage osseux ( il faut donc faire un trou à la perceuse) peut contrecarrer et rendre pérenne dans le temps.

Pour s’en rendre compte, il suffit avec le doigt de remonter le canthus et de fermer fortement les yeux. Vous verrez que votre doigt ne suffit pas à maintenir une position haute.

Bilan spécifique

Particularités du bilan propre à cette chirurgie :

Comme pour tout geste portant sur les paupières, un bilan ophtalmologique peut être proposé ou non selon l’existence ou non de problèmes de nature ophtalmologique.

Reste du bilan :

Pour le détail du bilan avant anesthésie
Voir Bilan systématique AG si Anesthésie générale.

Préparation

Entre première consultation et intervention,

  1. Pour les détails de la prise en charge et la feuille de route entre la première consultation et l’intervention, voir Dossier Anesthésie Générale AG qui détaille l’organisation pratique des interventions réalisées sous anesthésie générale.

Juste avant l’intervention

  • La séance commence par de nouvelles photos en position assise
  • Puis des dessins sont réalisés en position assise également avant l’endormissement.
  • Ils précisent ce que devrait être la future position du canthus car une fois la patiente allongée et endormie, les repères ne sont plus les mêmes.
  • Des photos de ces dessins sont réalisées avant de débuter l’intervention.

Technique

Les techniques différent avec les opérateurs.

Toutefois, dans tous les cas, il faut :

  • Réaliser une incision de la peau pour accéder à l’os au travers du muscle pour permettre de percer un trou dans l’os.
  • Cet orifice osseux doit être placé suffisamment haut mais pas trop par rapport au canthus pour qu’un fil passé de cet orifice au canthus externe puisse ascensionner ce dernier.
  • Le canthus ne doit en aucun cas être plaqué à l’os sous peine de troubles fonctionnels et moteurs et de gêne permanente.
  • Pour certain c’est la partie la plus interne du ligament canthal externe (ligament entre os et canthus) qui est prise en lasso pour élever le canthus.
  • Pour d’autre c’est le canthus directement voir la partie la plus externe du cartilage de la paupière inférieure.
  • Puis l’incision est refermée par une suture.

Suites et éviction sociale

1 – Suites

Comme tout geste au niveau des paupières et selon la susceptibilité de chacune, des œdèmes plus ou moins prolongés et des bleus plus ou moins importants sont notés le plus souvent pendant 7 à 10 jours en moyenne.

Il peut y avoir ou non selon œdèmes, bleus et gêne une éviction sociale de quelques jours

2 - Soins dans les suites

Diminution de l’activité générale

  • L’activité générale doit être diminuée, pour diminuer les saignements et les œdèmes dans les suites et pour attribuer pendant la convalescence plus d’énergie à la cicatrisation et la rendre plus courte.
  • S’agissant d’un geste à proximité des yeux, ceux-ci doivent être épargnés, mis au repos en évitant les atmosphères lumineuses et lectures et usages d’outils informatiques de manière prolongée.
  • Le sport n’est pas recommandé la première semaine.
    • Tout ce qui n’est pas indispensable et qui implique des efforts est prohibé.
    • Les courses ont été faites avant l’intervention, tout comme l’achat des médicaments.
    • Du repos, du repos et encore du repos.
    • Pas de voyages ni de déplacement dans les 5 jours.
    • En raison de l’influence néfaste de la Nicotine sur la cicatrisation, fumer n’est pas recommandé.

Des antalgiques peuvent être utiles selon les besoins.

Des gouttes seront utilisées dans les yeux plusieurs fois par jour et de la pommade ophtalmologique sera mis dans l’œil le soir au coucher pendant une petite semaine.

3 – Consultation post opératoire

Visite de contrôle post opératoire (non facturée) à J5 sauf problèmes !

4 - Premier Bilan

  • Première consultation de bilan à trois mois.
  • Bilan définitif à un an.
  • Ces consultations ne sont pas facturées, elles font parties de l’intervention ainsi que toutes les autres en rapport avec l’intervention et qui pourraient être nécessaires.

Alternatives

Pour déplacer le canthus de manière durable, il n’existe aucune alternative.

Interventions associées

Pas en particulier